Les vices d'Internet

Article rédigé par Ma B-A, le

Ne lisez pas cet article si vous êtes trop sensible, nous allons dénoncer ici tout ce qui existe comme dérive sur internet et que vous ne trouverez jamais sur Ma B-A !
Cette liste est loin d’être exhaustive tant les magouilleurs sont imaginatifs... les moyens varient, mais la finalité est souvent la même. Voici un florilège des dérives d’Internet et des réseaux sociaux.


Arnaques

Par mail, sur un site ou par contact direct, vous avez sûrement rencontré un arnaqueur. Les exemples sont nombreux : produits achetés et jamais envoyés, articles ne correspondant pas à leur description ou défectueux... Ces choses sont fréquentes sur les sites de vente en ligne, surtout lorsqu’ils sont basés à l’étranger. C’était notamment le cas, plus grave, concernant la vente en ligne de médicaments, c’est pourquoi la France a autorisé ce genre de sites uniquement pour les pharmacies physiquement installées en France.

Cependant ce ne sont pas les seules arnaques disponibles sur internet : on va vous faire croire une histoire et jouer sur votre corde sensible pour que vous financiez le retour d’une personne qui s’est retrouvée piégée en Afrique, participez à l’achat d’un matériel pour sauver la vie d’animaux en danger...

Il va falloir être vigilent dès lors qu’on vous demande de sortir votre carte bleue et vérifier immédiatement si le site respecte la législation en vigueur, si le nom du responsable est déclaré, si l’adresse est en France... et lors d’une correspondance à distance, vérifiez par tous les moyens à qui vous avez affaire !


Diffamation, usurpation d’identité

Cette plaie de l’Internet est devenue une histoire presque banale. Par exemple, pour s’inscrire sur Facebook, on ne vous demande pas votre carte d’identité. Ainsi, chacun peut s’inscrire avec un faux nom ou s’inscrire à la place de quelqu’un d’autre. Sur la page ainsi créée, on pourra parler au nom de la personne et révéler les pires horreurs, très souvent fausses, dans l’unique but de discréditer la personne.

Faux textes, fausses révélations, photomontages, phrases sorties du contexte… Dans la même optique, pour diffamer une personne ou une société, il existe des faux sites ou des faux blogs et il faut être relativement averti pour savoir où est la vérité.

Du simple canular à la véritable chasse à l’homme, ce genre de pratique parallèle au chantage débouche souvent sur des conséquences dramatiques


Suicide

Nous avons tous entendu parler de ces adolescents en proie au malaise et qui ne veulent plus se montrer au collège parce qu’une photo compromettante sur leur vie privée a été divulguée.

Le journal intime papier de notre enfance est devenu public en passant dans le rouleau compresseur de l’Internet, et il est aujourd’hui très difficile de protéger nos enfants contre ces dérives.

La moindre information diffusée pourra être retenue contre vous !

Les jeunes en construction sont fragiles et impitoyables entre eux. Il suffit d’un grain de sable pour qu’Internet soit l’accélérateur dans la pente qui mène à la destruction de sa propre intégrité. Encore une fois, la vigilance est de mise.


Apologie de la guerre, Racisme, Antisémitisme, extrémisme

Des groupuscules se servent des réseaux sociaux et des blogs pour créer facilement des pages de propagande. Aujourd’hui, il est très facile de créer quelques pages « vite-fait » pour faire passer un message violent d’incitation à la haine envers tel ou tel groupe de personnes.

Comme les blogs et forums sont souvent participatifs et ouverts aux commentaires, il suffit de s’inscrire et de montrer patte blanche dans ce groupe pour partager des propos haineux et déverser son venin. Cela va même plus loin que le simple message : certains sites comme celui de Forsane Alizza par exemple, a été fermé (et réouvert) plusieurs fois par décision judiciaire en raison de la préparation d’actes terroristes avérés. Sur ce genre de sites, on pouvait également trouver des images et des vidéos d’entrainements militaires et de torture...


Trash

En novembre 2013, un nouveau cas a fait polémique sur la question du partage de vidéo. En effet, une vidéo choc a fait le tour du réseau social Facebook ; vidéo dans laquelle on voyait une femme se faire décapiter. Sans nuance.

Des quantités phénoménales de vidéo « trash » circulent sur internet, sur des thèmes aussi variés que peut l’envisager l’esprit humain. Ainsi, on peut admirer à loisir des tortures d’animaux, des jeunes gens se mutiler eux-mêmes, des enfants terriblement malformés subir une opération, ou encore des femmes se faire violer.


Sexe, Prostitution, Pornographie

Vraies vidéo « snuff movies » ou fausses mises en scènes « fake », les images et vidéos circulant sur internet sont souvent tournées vers le sexe. Dans le florilège d’offres de vidéos X, on peut trouver toutes les pratiques « communes » mais également l’éventail des pratiques atypiques ou déviantes, parmi lesquelles se côtoient personnes âgées, animaux, groupes de personnes, objets ou végétaux divers...

Beaucoup de sites fleurissent sur la toile, permettant de rencontrer des femmes mûres ou de très jeunes personnes moyennant finances. Ces réseaux d’ « escort girls » ne sont ni plus ni moins que des réseaux de prostitution utilisant la voie d’Internet pour mieux se cacher, car dans la majorité, ce ne sont pas les femmes elles-mêmes qui montent ce genre de site internet, mais bel et bien un ou plusieurs membres d’un trafic d’êtres humains situé dans d’autres pays.

Néanmoins le drame se situe au niveau des sites et des vidéos douteuses et choquantes telles que les scènes de viol ou de tournantes, de clips mettant en scène de très jeunes partenaires voire des enfants, des scènes de bondage extrême à la limite de la torture sur des victimes droguées...


Dépendance

Comme il est possible de se procurer des substances psychotropes via ces fausses pharmacies en ligne, on constate d’autres formes de dépendances liées à Internet. Cela concerne notamment les jeux en réseau, où le joueur doit être connecté le plus possible pour faire évoluer son alter-égo, le personnage dans son jeu vidéo, ou bien les jeux où la promesse de gain d’argent fait oublier la réalité, comme les sites de paris en ligne, de casino et de poker. La victime de ce comportement dépendant se nomme un nolife .

En dehors de ces sites piégeurs, la conduite addictive face à internet peut être simplement constatée lorsqu’une personne éprouve la nécessité de relever ses mails toutes les 5 minutes et ne pourrait pas vivre déconnectée plus d’une journée...

Des solutions existent, (comme le clip de collégiens de Narbonne réalisé en mai 2013 ci-dessus) l’une des meilleures restant la prévention et la vigilance.


La question des dangers de l’Internet se pose parmi nos élus depuis 2008. En novembre 2013 enfin, Stéphane Saint-André remet une requête sur les délais de prescription et la diffamation en matière de publication sur internet, qui semble fixer une perspective de loi courant 2014.



⇐ Retour aux actualités
Les vices d'Internet

Les vices d'Internet

Partagez cet article :




«Il n'y a pas de gens mauvais, uniquement des gens malheureux...»



Devenez Bienfaiteur

Profitez de cet espace pour exprimer enfin des valeurs, de expériences ou des sentiments positifs !


Je m'inscris !

Ma B-A est à la recherche de financements pour entretenir www.ma-b-a.org. Aidez-nous !



Avis aux webmasters

Vous pouvez recopier cet article sur votre site en indiquant que la source vient de Ma B-A, par exemple en faisant un lien de la manière suivante :

<p> Article <a href="http://www.ma-b-a.org"> Ma-B-A.org, 1er réseau social du bonheur </a> : <a href="http://www.ma-b-a.org/actu-bonheur.php?actu=131106-vices-internet"> Les vices d'Internet </a> </p>